Le Livre du Ça par Georg Groddeck

Le Livre du Ça

Titre de livre: Le Livre du Ça

Éditeur: Gallimard

ISBN: 2070293890

Auteur: Georg Groddeck


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Primary: Le Livre du Ça.pdf - 42,593 KB/Sec

Mirror [#1]: Le Livre du Ça.pdf - 45,739 KB/Sec

Mirror [#2]: Le Livre du Ça.pdf - 20,679 KB/Sec

Georg Groddeck avec Le Livre du Ça

Dans Le Livre du ça, paru en 1923, Georg Groddeck adresse une série de lettres à une interlocutrice imaginaire. Il entend vulgariser les idées de Freud grâce à cette correspondance. On découvre au fil des pages le rapport complexe et contradictoire que l'auteur a noué avec la psychanalyse ; en effet, il la met en question dans la manière même dont il l'expose. "Psychanalyste sauvage" selon sa propre expression, Groddeck déploie à sa façon l'explication freudienne du symptôme comme symbolisation d'un désir inconscient. Toute maladie est création, expression d'un dynamisme inconscient. Le "ça" est cette force de vie, principe quasi métaphysique qui se manifeste à travers les productions individuelles, saines ou pathologiques, indissociablement psychiques "et" somatiques.

Freud ne retiendra du "ça" de Groddeck que son nom. Ce dont parle toutefois cette philosophie du "ça" aux accents parfois mystiques, c'est du "corps" comme réalité symbolique, ce qui a valu à Groddeck d'être reconnu par Freud comme un "superbe analyste qui a saisi l'essence de la chose sans plus pouvoir la perdre". --Emilio Balturi

Livres connexes

Dans Le Livre du ça, paru en 1923, Georg Groddeck adresse une série de lettres à une interlocutrice imaginaire. Il entend vulgariser les idées de Freud grâce à cette correspondance. On découvre au fil des pages le rapport complexe et contradictoire que l'auteur a noué avec la psychanalyse ; en effet, il la met en question dans la manière même dont il l'expose. "Psychanalyste sauvage" selon sa propre expression, Groddeck déploie à sa façon l'explication freudienne du symptôme comme symbolisation d'un désir inconscient. Toute maladie est création, expression d'un dynamisme inconscient. Le "ça" est cette force de vie, principe quasi métaphysique qui se manifeste à travers les productions individuelles, saines ou pathologiques, indissociablement psychiques "et" somatiques.

Freud ne retiendra du "ça" de Groddeck que son nom. Ce dont parle toutefois cette philosophie du "ça" aux accents parfois mystiques, c'est du "corps" comme réalité symbolique, ce qui a valu à Groddeck d'être reconnu par Freud comme un "superbe analyste qui a saisi l'essence de la chose sans plus pouvoir la perdre". --Emilio BalturiDans Le Livre du ça, paru en 1923, Georg Groddeck adresse une série de lettres à une interlocutrice imaginaire. Il entend vulgariser les idées de Freud grâce à cette correspondance. On découvre au fil des pages le rapport complexe et contradictoire que l'auteur a noué avec la psychanalyse ; en effet, il la met en question dans la manière même dont il l'expose. "Psychanalyste sauvage" selon sa propre expression, Groddeck déploie à sa façon l'explication freudienne du symptôme comme symbolisation d'un désir inconscient. Toute maladie est création, expression d'un dynamisme inconscient. Le "ça" est cette force de vie, principe quasi métaphysique qui se manifeste à travers les productions individuelles, saines ou pathologiques, indissociablement psychiques "et" somatiques.

Freud ne retiendra du "ça" de Groddeck que son nom. Ce dont parle toutefois cette philosophie du "ça" aux accents parfois mystiques, c'est du "corps" comme réalité symbolique, ce qui a valu à Groddeck d'être reconnu par Freud comme un "superbe analyste qui a saisi l'essence de la chose sans plus pouvoir la perdre". --Emilio Balturi