L'oeil vivant (Tome 1) par Jean Starobinski

L'oeil vivant (Tome 1)

Titre de livre: L'oeil vivant (Tome 1)

Éditeur: Editions Gallimard

Auteur: Jean Starobinski


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Primary: L'oeil vivant (Tome 1).pdf - 28,729 KB/Sec

Mirror [#1]: L'oeil vivant (Tome 1).pdf - 26,820 KB/Sec

Mirror [#2]: L'oeil vivant (Tome 1).pdf - 43,617 KB/Sec

Jean Starobinski avec L'oeil vivant (Tome 1)

Pourquoi inventa Poppaea de masquer les beautés de son visage, que pour les renchérir à ses amants ? demande Montaigne. Le caché fascine. Voir, regarder, c'est désirer saisir, pénétrer, posséder. Devenir œil vivant : tel est le vœu formulé par Rousseau. Interrogeant quelques grandes œuvres - Corneille, Racine, La Bruyère, Rousseau, Stendhal -, Jean Starobinski montre comment, dans la création littéraire, l'exigence du regard, dépassant et détruisant la réalité visible, entraîne dans le monde de l'imaginaire ; comment aussi, aiguisée par l'obstacle et la déception, elle incite à toutes les perversions : exhibitionnisme, voyeurisme, sadisme, refus de la réflexion.

Livres connexes

Pourquoi inventa Poppaea de masquer les beautés de son visage, que pour les renchérir à ses amants ? demande Montaigne. Le caché fascine. Voir, regarder, c'est désirer saisir, pénétrer, posséder. Devenir œil vivant : tel est le vœu formulé par Rousseau. Interrogeant quelques grandes œuvres - Corneille, Racine, La Bruyère, Rousseau, Stendhal -, Jean Starobinski montre comment, dans la création littéraire, l'exigence du regard, dépassant et détruisant la réalité visible, entraîne dans le monde de l'imaginaire ; comment aussi, aiguisée par l'obstacle et la déception, elle incite à toutes les perversions : exhibitionnisme, voyeurisme, sadisme, refus de la réflexion.Pourquoi inventa Poppaea de masquer les beautés de son visage, que pour les renchérir à ses amants ? demande Montaigne. Le caché fascine. Voir, regarder, c'est désirer saisir, pénétrer, posséder. Devenir œil vivant : tel est le vœu formulé par Rousseau. Interrogeant quelques grandes œuvres - Corneille, Racine, La Bruyère, Rousseau, Stendhal -, Jean Starobinski montre comment, dans la création littéraire, l'exigence du regard, dépassant et détruisant la réalité visible, entraîne dans le monde de l'imaginaire ; comment aussi, aiguisée par l'obstacle et la déception, elle incite à toutes les perversions : exhibitionnisme, voyeurisme, sadisme, refus de la réflexion.